Crise De 2008 Explication Essay

Until the eve of the 1929 slump—the worst America has ever faced—things were rosy. Cars and construction thrived in the roaring 1920s, and solid jobs in both industries helped lift wages and consumption. Ford was making 9,000 of its Model T cars a day, and spending on new-build homes hit $5 billion in 1925. There were bumps along the way (1923 and 1926 saw slowdowns) but momentum was strong.

Banks looked good, too. By 1929 the combined balance-sheets of America’s 25,000 lenders stood at $60 billion. The assets they held seemed prudent: just 60% were loans, with 15% held as cash. Even the 20% made up by investment securities seemed sensible: the lion’s share of holdings were bonds, with ultra-safe government bonds making up more than half. With assets of such high quality the banks allowed the capital buffers that protected them from losses to dwindle.

But as the 1920s wore on the young Federal Reserve faced a conundrum: share prices and prices in the shops started to move in opposite directions. Markets were booming, with the shares of firms exploiting new technologies—radios, aluminium and aeroplanes—particularly popular. But few of these new outfits had any record of dividend payments, and investors piled into their shares in the hope that they would continue to increase in value. At the same time established businesses were looking weaker as consumer prices fell. For a time the puzzle—whether to raise rates to slow markets, or cut them to help the economy—paralysed the Fed. In the end the market-watchers won and the central bank raised rates in 1928.

It was a catastrophic error. The increase, from 3.5% to 5%, was too small to blunt the market rally: share prices soared until September 1929, with the Dow Jones index hitting a high of 381. But it hurt America’s flagging industries. By late summer industrial production was falling at an annualised rate of 45%. Adding to the domestic woes came bad news from abroad. In September the London Stock Exchange crashed when Clarence Hatry, a fraudulent financier, was arrested. A sell-off was coming. It was huge: over just two days, October 28th and 29th, the Dow lost close to 25%. By November 13th it was at 198, down 45% in two months.

Worse was to come. Bank failures came in waves. The first, in 1930, began with bank runs in agricultural states such as Arkansas, Illinois and Missouri. A total of 1,350 banks failed that year. Then a second wave hit Chicago, Cleveland and Philadelphia in April 1931. External pressure worsened the domestic worries. As Britain dumped the Gold Standard its exchange rate dropped, putting pressure on American exporters. There were banking panics in Austria and Germany. As public confidence evaporated, Americans again began to hoard currency. A bond-buying campaign by the Federal Reserve brought only temporary respite, because the surviving banks were in such bad shape.

This became clear in February 1933. A final panic, this time national, began to force more emergency bank holidays, with lenders in Nevada, Iowa, Louisiana and Michigan the first to shut their doors. The inland banks called in inter-bank deposits placed with New York lenders, stripping them of $760m in February 1933 alone. Naturally the city bankers turned to their new backstop, the Federal Reserve. But the unthinkable happened. On March 4th the central bank did exactly what it had been set up to prevent. It refused to lend and shut its doors. In its mission to act as a source of funds in all emergencies, the Federal Reserve had failed. A week-long bank holiday was called across the nation.

It was the blackest week in the darkest period of American finance. Regulators examined banks’ books, and more than 2,000 banks that closed that week never opened again. After this low, things started to improve. Nearly 11,000 banks had failed between 1929 and 1933, and the money supply dropped by over 30%. Unemployment, just 3.2% on the eve of the crisis, rose to more than 25%; it would not return to its previous lows until the early 1940s. It took more than 25 years for the Dow to reclaim its peak in 1929.

Reform was clearly needed. The first step was to de-risk the system. In the short term this was done through a massive injection of publicly supplied capital. The $1 billion boost—a third of the system’s existing equity—went to more than 6,000 of the remaining 14,000 banks. Future risks were to be neutralised by new legislation, the Glass-Steagall rules that separated stockmarket operations from more mundane lending and gave the Fed new powers to regulate banks whose customers used credit for investment.

A new government body was set up to deal with bank runs once and for all: the Federal Deposit Insurance Commission (FDIC), established on January 1st 1934. By protecting $2,500 of deposits per customer it aimed to reduce the costs of bank failure. Limiting depositor losses would protect income, the money supply and buying power. And because depositors could trust the FDIC, they would not queue up at banks at the slightest financial wobble.

In a way, it worked brilliantly. Banks quickly started advertising the fact that they were FDIC insured, and customers came to see deposits as risk-free. For 70 years, bank runs became a thing of the past. Banks were able to reduce costly liquidity and equity buffers, which fell year on year. An inefficient system of self-insurance fell away, replaced by low-cost risk-sharing, with central banks and deposit insurance as the backstop.

Yet this was not at all what Hamilton had hoped for. He wanted a financial system that made government more stable, and banks and markets that supported public debt to allow infrastructure and military spending at low rates of interest. By 1934 the opposite system had been created: it was now the state’s job to ensure that the financial system was stable, rather than vice versa. By loading risk onto the taxpayer, the evolution of finance had created a distorting subsidy at the heart of capitalism.

The recent fate of the largest banks in America and Britain shows the true cost of these subsidies. In 2008 Citigroup and RBS Group were enormous, with combined assets of nearly $6 trillion, greater than the combined GDP of the world’s 150 smallest countries. Their capital buffers were tiny. When they ran out of capital, the bail-out ran to over $100 billion. The overall cost of the banking crisis is even greater—in the form of slower growth, higher debt and poorer employment prospects that may last decades in some countries.

But the bail-outs were not a mistake: letting banks of this size fail would have been even more costly. The problem is not what the state does, but that its hand is forced. Knowing that governments must bail out banks means parts of finance have become a one-way bet. Banks’ debt is a prime example. The IMF recently estimated that the world’s largest banks benefited from implicit government subsidies worth a total of $630 billion in the year 2011-12. This makes debt cheap, and promotes leverage. In America, meanwhile, there are proposals for the government to act as a backstop for the mortgage market, covering 90% of losses in a crisis. Again, this pins risk on the public purse. It is the same old pattern.

To solve this problem means putting risk back into the private sector. That will require tough choices. Removing the subsidies banks enjoy will make their debt more expensive, meaning equity holders will lose out on dividends and the cost of credit could rise. Cutting excessive deposit insurance means credulous investors who put their nest-eggs into dodgy banks could see big losses.

As regulators implement a new round of reforms in the wake of the latest crisis, they have an opportunity to reverse the trend towards ever-greater entrenchment of the state’s role in finance. But weaning the industry off government support will not be easy. As the stories of these crises show, hundreds of years of financial history have been pushing in the other direction.

Cet article concerne un événement en cours.

Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
 

La crise financière mondiale de 2007-2008 est une crise financière marquée par une crise de liquidité et parfois par des crises de solvabilité tant au niveau des banques que des États, et une raréfaction du crédit aux entreprises. Amorcée en juillet 2007, elle trouve son origine dans le dégonflement de bulles de prix (dont la bulle immobilière américaine des années 2000) et les pertes importantes des établissements financiers provoquées par la crise des subprimes. Elle s'inscrit dans le cadre de la « Grande Récession » amorcée en 2008 et dont les effets se font sentir au-delà de 2010.

La crise financière de l'automne 2008 amplifie le mouvement et provoque une chute des cours des marchés boursiers et la faillite de plusieurs établissements financiers. Pour éviter une crise systémique, les États doivent intervenir et sauver de nombreuses banques ce qui provoquera une crise de la dette publique en Islande d'abord puis en Irlande. Par ailleurs, elle provoque une récession touchant l'ensemble de la planète. Les finances publiques ont été lourdement sollicitées pour résoudre cette crise. Le déficit public s'est creusé dans de nombreux pays, après un recul du produit intérieur brut mondial de 2,2 % en 2009[1].

Sérieusement affectées par leurs erreurs de gestion, les banques françaises sont conduites à une restructuration notable, avec l'aide financière de l'État.

Cette crise provoque un mouvement en faveur d'une meilleure régulation du système bancaire et financier. Aux États-Unis, sous la pression de l'opinion publique et d'experts tels Paul Volcker est adoptée la règle Volcker destinée à éviter qu'une crise du même type ne se reproduise. Il est douteux que les mesures adoptées aient amélioré la sécurité bancaire collective, notamment dans l'Union européenne.

D'autant que la crise perdure. Dans certains pays comme la Chine, les prêts bancaires ont fortement progressé[2]. Aussi, début 2010, l'afflux de liquidités fait craindre l'éclatement de nouvelles bulles dans l'immobilier chinois, les bourses, les emprunts d'États et les métaux[3]. En Europe la crise de la dette publique a souvent, notamment dans le cas irlandais, la crise financière en toile de fond.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Crise des subprimes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : crise des subprimes.

La crise des subprimes s'est déclenchée au deuxième semestre 2006 avec le krach des prêts immobiliers (hypothécaires) à risque aux États-Unis (les subprimes), que les emprunteurs, souvent de condition modeste, n'étaient plus capables de rembourser. Révélée en février 2007 par l'annonce d'importantes provisions passées par la banque HSBC, elle s'est transformée en crise ouverte lorsque les adjudications périodiques n'ont pas trouvé preneurs en juillet 2007. Compte tenu des règles comptables en cours, il est devenu impossible de donner une valeur à ces titres qui ont dû être provisionnés à une valeur proche de zéro. En même temps, les détenteurs ne pouvaient plus liquider leur créance. La défiance s'est installée envers les créances titrisées (ABS, RMBS, CMBS, CDO) qui comprennent une part plus ou moins grande de crédits subprime, puis envers les fonds d'investissement, les OPCVM (dont les SICAV monétaires) et le système bancaire susceptibles de détenir ces dérivés de crédit.

Crise financière de 2008[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise bancaire et financière de l'automne 2008.

La seconde phase de la crise financière commence au cours de la semaine du lorsque plusieurs établissements financiersaméricains entrent en cessation de paiement, il est décidé de les sauver in extremis directement par la Réserve fédérale américaine (Fed) (la compagnie d'assurance AIG par exemple), par rachat par des concurrents en meilleure situation, par mise en liquidation (Lehman Brothers) plutôt qu'indirectement en sauvant les emprunteurs de condition modeste. La crise touche tous les pays du monde, en particulier en Europe où plusieurs institutions financières connaissent de très graves difficultés et sont sauvées par l'intervention des États et des banques centrales (Banque centrale européenne dans la zone euro). Certains marquent le début de la crise par la nationalisation de Freddie Mac et Fannie Mae le .

La crise s'étend à l'ensemble des banques en relations avec les banques américaines, notamment les banques françaises et européennes.

Origine de la crise financière[modifier | modifier le code]

Raisons conjoncturelles[modifier | modifier le code]

La crise financière qui débute en 2007 tient principalement son origine de la politique monétaire trop accommodante de la Réserve fédérale américaine (la Fed) au cours des années 2000 sous le mandat d'Alan Greenspan[4],[5],[6] et d'innovations financières mal maîtrisées. Parmi les responsables politiques ayant favorisé directement les conditions de cette crise par des mesures économiques et sociales, le Guardian cite Bill Clinton[Note 1], George W. Bush, Gordon Brown, ainsi que, dans le domaine de la finance, les pdg anciens et actuels de la compagnie d'assurance American International Group, des banques Goldman Sachs, Lehman Brothers, Merrill Lynch, Halifax-Bank of Scotland, Royal Bank of Scotland, Bradford & Bingley, Northern Rock, Bear Stearns, Bank of England et des personnalités telles que le financier George Soros, le milliardaire Warren Buffett et le président d’un fonds d’investissement américain John Paulson[7].

Lors de la récession qui a suivi l'éclatement de la bulle Internet en 2000-2001, la Fed a abaissé son taux directeur jusqu'à 1 %, puis l'a maintenu à un niveau trop bas, provoquant une création monétaire trop forte et un gonflement de bulles sur les marchés immobiliers (bulle immobilière américaine des années 2000) et sur les matières premières.

En 2006, la Fed, au début du mandat de Ben Bernanke, a augmenté son taux directeur de 1 % à 5 % afin de réduire les pressions inflationnistes grandissantes. Cette hausse du taux directeur a provoqué un dégonflement de la bulle immobilière américaine des années 2000, et a entraîné un renchérissement des mensualités de remboursement des crédits immobiliers (les crédits étant souvent à taux variables). Près de trois millions[8] de foyers américains étaient en situation de défaut de paiement et ont dû quitter leur bien immobilier, saisi puis mis en vente par les établissements de crédit, entraînant une augmentation de l'offre sur le marché immobilier, et faisant donc davantage baisser les prix. Du fait de la baisse des prix, les établissements ne récupèrent que partiellement la somme prêtée. Les effets du dégonflement d'une bulle immobilière se limitent généralement à des faillites personnelles et à des pertes réduites pour les établissements financiers. La crise de 2007-2008 est différente car les établissements de crédit immobilier n'ont pas conservé les créances immobilières dans leurs bilans, mais les ont regroupé dans des véhicules de placement, des fonds hypothécaires, pour les revendre entre autres à des fonds de pension et à des grandes banques américaines. Les fonds hypothécaires perdant de la valeur avec la fin de la bulle immobilière, et, surtout, la complexité et l'enchevêtrement des véhicules de placement rendant très difficile l'estimation de leur valeur, le bilan des établissements financiers a été aggravé, qui du fait des normes comptables de mark-to-market, ont dû fortement provisionner des dépréciations d'actifs. Ceci a provoqué un effet de contagion et une perte de confiance généralisée entre établissements financiers, ce qui a asséché le marché interbancaire (crise de liquidité). Les institutions financières, en particulier les banques d'investissement, ont été fragilisées.

Raisons structurelles[modifier | modifier le code]

D'une part, les années antérieures à la crise ont vu se multiplier des innovations financières qui ont débouché sur un marché de « 680 000 milliards de dollars »[9] peu ou pas régulé appelé aussi « shadow market ». Ces innovations financières visaient à réduire les risques et ont pris notamment la forme de « produits dérivés » dont deux types ont été au cœur de la crise financière : « les produits liés à des crédits immobiliers et les produits destinés à assurer contre leur risque de défaut les credit default swaps[9] ».

Par ailleurs, la montée des profits et la baisse du poids des salaires ont provoqué un « désajustement entre l'offre et la demande »[10]. En particulier aux États-Unis, les prêts « subprimes » ont incité une partie de la population à consommer au-dessus de ses moyens, ce qui permettait en retour d'assurer la rentabilité du secteur immobilier. Les inégalités de revenus sont devenues très fortes: « l'écart de rémunération entre un PDG et un salarié aux États-Unis de 1 à 40 en 1980, est passé de 1 à 411 en 2005 »[11], la création de richesse ayant été captée pour l'essentiel par une petite partie de la population, au détriment de l'efficacité économique[12].

Enfin, l'outil mathématique qui a partiellement servi à justifier la financiarisation de l'économie ne semble pas avoir été le bon. En effet, il suppose que les cours financiers suivent un “hasard sage”, du type du pollen dans le mouvement brownien et non « un “hasard sauvage” qui, comme son nom l'indique, est beaucoup plus insaisissable »[13],[14]. Les financiers en grande majorité sont partis de l'hypothèse que les cours financiers suivaient un “hasard sage”, d'où l'application d'un certain type de mathématiques financières et l'adoption à partir de 1993 à l'initiative de la banque JP Morgan[15] de la VaR (Value at Risk) pour mesurer les risques financiers reposant sur des probabilités respectant la loi normale. Cet instrument a favorisé l'innovation et permis aux banques d'« échapper le plus possible à toute forme de régulation contraignante » et de « pouvoir profiter à plein de la période d'euphorie financières des quinze dernières années ».

Pour d'autres, les cours financiers suivent un « hasard sauvage ». Dès 1973, partant d'une hypothèse de « hasard dur », Benoît Mandelbrot a développé la théorie des fractales et du Mouvement brownien fractionnaire qui a été mal intégrée par les praticiens des marchés financiers. Avec la crise, la théorie du « hasard sage » en finance est de plus en plus remise en question. David Viniar, alors directeur financier de Goldman Sachs, a vu au moment de la crise de 2007-2010 des « choses qui étaient à 25 écarts-types, pendant plusieurs jours »[15] ce qui, [au regard du modèle classique (lois normales)], « a la même probabilité que de gagner 20 fois de suite au Loto »[16].

D'autres économistes posent encore plus radicalement le problème de la mathématique financière. Par exemple, pour Jon Danielsson de la London School of Economics, la « finance n'est pas la physique ; elle est plus complexe »[17] et les financiers jouent avec les modèles, ce que ne fait pas la nature.

Crise du secteur financier[modifier | modifier le code]

Crise de liquidité bancaire[modifier | modifier le code]

Les incertitudes sur les engagements directs et indirects des établissements financiers en matière de crédit à risque, mais aussi la crainte d'un ralentissement général des activités de banque de financement et d'investissement, très rentables et moteurs de la croissance au cours des années précédentes, ont fini par entraîner une véritable crise de confiance, ayant connu peu de précédent, entre banques. Celles-ci ont vu se tarir leurs principales sources de refinancement, le marché interbancaire et l'émission d'ABCP ((en)asset-backed commercial paper)[18],[19].

Sur le marché interbancaire, sur lequel les banques en situation d'excédent de capitaux prêtent à celles qui en manquent, la défiance entre banques elle-même a conduit à une envolée du taux interbancaire[20].

Par ailleurs, les banques avaient mis en place au cours des années précédentes des structures de financement, appelées conduits ou SIV ((en)structured investment vehicles) qui émettaient du papier commercial à court terme à taux faible ((en)asset-backed commercial paper) vendu à des investisseurs. Les fonds levés étaient ensuite prêtés à long terme à des taux plus élevés, ce qui permettait de dégager une marge d'intérêt. Seulement, ces emprunts à court terme devaient être renouvelés régulièrement (tous les trois mois). Or, une fois la crise de confiance envers les banques engagée, les investisseurs ont cessé de financer les ABCP, obligeant les banques à les financer elles-mêmes.

La crise de liquidité bancaire a conduit les banques centrales, Banque centrale européenne (BCE) et Réserve fédérale des États-Unis (Fed) en premier lieu, à procéder à de massives injections de liquidité sur le marché interbancaire afin de permettre aux établissements de refinancer leur activité et d'éviter le déclenchement d'une crise systémique (crise de tout le système). La première intervention a eu lieu le 9 août 2007, lorsque la BCE a injecté 94,8 milliards d'euros dans le système financier européen pour accroître les liquidités qui manquaient au marché. Il s'agit de la plus grande mise à disposition de fonds faite en un seul jour par la BCE, dépassant le prêt de 69,3 milliards d'euros fait après les attentats du 11 septembre 2001. Le même jour, la Fed injecte 24 milliards de dollars US dans le système financier de son pays.

Les banques se financent traditionnellement en empruntant sur le marché monétaire interbancaire à des échéances de trois mois. Le taux d'intérêt auquel elles empruntent (en Europe continentale, il s'agit de l'Euribor à 3 mois) est habituellement supérieur de 15 à 20 points de base (0,15 à 0,20 % en langage courant) au taux directeur de la banque centrale qui est considéré comme le taux sans risque[21]. La différence entre le taux auquel les banques empruntent et le taux directeur est appelée prime de risque (ou spread en anglais) et est calculée par l'indice TED pour le cas américain. À partir de la crise de confiance du mois d'août 2007, le taux Euribor s'est envolé, atteignant 4,95 % en décembre 2007 alors que le taux directeur était de 4 % (2007) et qu'en temps normal, elles auraient emprunté à 4,20 %. En octobre 2008, l'indice TED a même atteint le niveau historique de 4 % de différence alors qu'il avait été de 0,5 % en moyenne de 2004 à 2007[22]

La forte hausse, à partir du mois d'août 2007, des taux à court terme auxquels se refinancent les banques constitue un vrai risque pour leur équilibre financier : « L'envolée des taux du marché du refinancement bancaire (Eonia et Euribor), devenus supérieurs aux taux des prêts sans risque à long terme, [constitue] une situation intenable pour les établissements financiers », écrit le 15 septembre le journal spécialisé Investir[23]. En effet, certaines banques en arrivent à emprunter à des taux élevés pour refinancer des crédits qu'elles ont accordés précédemment à des taux moindres.

La crise de liquidité est renforcée par l'asymétrie d'information entre banques, qui sont donc réticentes à se prêter entre elles[24].

Crise de solvabilité bancaire[modifier | modifier le code]

C'est le président de la banque d'Angleterre, Mervyn King, qui l'explique dans un câble diplomatique du 17 mars 2008, publié sur WikiLeaks[25]. Les banques ne disposent pas d'assez de ressources dans leurs caisses pour répondre aux besoins de leur créancier, à long terme. En effet, si le Ratio McDonough impose une limite de fonds propres, ce ratio n'a pas été suffisant pour pallier les problèmes engendrés par la crise. Cependant, la limite entre crise de solvabilité (qui serait particulièrement pénalisant pour l'économie), et une crise de liquidité (qui ne nécessite qu'un ajustement conjoncturel), est difficile à cerner[26].

Conséquences sur les comptes des banques[modifier | modifier le code]

Les banques australienne Macquarie, américaine Bear Stearns, britannique HSBC et allemande IKB ont été parmi les premières touchées. Bear Stearns, notamment, possédait des fonds spéculatifs qui avaient misé sur une remontée du secteur immobilier pour le recouvrement de fonds prêtés par des banques. La banque a été affaiblie dès le début par la faillite de deux de ses hedge funds.

Une panique bancaire, limitée à la banque britannique Northern Rock, a eu lieu en septembre 2007. En trois jours, les clients de la banque ont retiré 12 % des montants déposés[27].

Les grandes banques mondiales ont annoncé des résultats des troisième et quatrième trimestres 2007 en forte baisse à la suite de la crise à cause à la fois :

  • de pertes directes sur les crédits subprimes ;
  • mais surtout de dépréciations d'actifs dérivés des subprimes (la valeur des actifs financiers de type RMBS, CDO inscrite dans les comptes, établie à leur valeur de marché, a fortement baissé au cours du trimestre) ;
  • d'un net ralentissement des activités de banque d'affaires et de marché qui avaient été les moteurs des bénéfices des années précédentes (titrisation, financement des LBO et des hedge funds, fusion-acquisition, gestion d'actifs, etc.).

Les grandes banques d'affaires américaines et européennes ont enregistré d'importantes dépréciations d'actifs au troisième trimestre 2007[28] :

D'autres importantes dépréciations d'actifs ont été passées au titre du quatrième trimestre 2007 et du premier trimestre 2008.

Les grandes banques françaises cotées en Bourse ont affiché pour leur part des dépréciations d'actifs limitées au troisième trimestre 2007[30] mais plus fortes au quatrième :

  • BNP Paribas : 301 millions d'euros. Et un total de 1,2 milliard d'euros pour l'ensemble de 2007[31].
  • Crédit agricole : 546 millions d'euros. Le 20 décembre 2007, Crédit agricole SA annonce une dépréciation supplémentaire de 2,5 milliards d'euros (1,6 milliard hors fiscalité) au titre du 4e trimestre[32].
  • Dexia : 212 millions d'euros. Les pertes de Dexia dépassent 11 milliards d'euros, en 2011[33], un record mondial entièrement financé par le budget des Etats, dont la France.
  • Société générale : 404 millions d'euros. Et au total 2,57 milliards d'euros[34] ou 2,9 milliards[35].
  • Natixis : les erreurs de gestion commises avant et pendant la crise ont entraîné la chute financière des actionnaires principaux, les ex-groupes banques populaires et caisses d'épargne. Très affectés par les pertes, ils s'effacent pour fusionner dans une nouvelle entité, baptisée BPCE.

Le coût effectif de la crise pour les banques (dépréciations d'actifs au titre de la juste valeur comptable et provisions pour risques liés à la crise) est évalué à[36] :

  • 110 milliards de dollars en novembre 2007,
  • 188 milliards en mars 2008,
  • 250 milliards en avril 2008,
  • 400 milliards en juin 2008.

Les estimations du coût global de la crise sur les banques (pertes et dépréciations d'actifs) ont été en permanence revues à la hausse au cours de la crise :

  • 250 milliards de dollars selon Bear Stearns[37] et Lehman Brothers[38] vers le 7 novembre 2007,
  • 300 à 400 milliards de dollars selon Deutsche Bank en novembre 2007, dont 150 à 250 milliards liés directement aux prêts subprime et 150 milliards aux dérivés adossés à ces prêts[39],
  • 500 milliards de dollars selon Royal Bank of Scotland en novembre 2007[40].
  • 422 milliards de dollars (268 milliards d'euros) au niveau mondial, selon une estimation de l'OCDE en avril 2008. Sa précédente estimation était de 300 milliards de dollars[41].
  • 565 milliards de dollars (358 milliards d'euros) pour la seule exposition des banques au secteur des « subprimes », mais 945 milliards de dollars (600 milliards d'euros) pour le coût total de la crise financière, selon une estimation du FMI en avril 2008[42] qui révisera ce chiffre autour de 1500 milliards de dollars le 7 octobre 2008[43], à 2 200 milliards de dollars le 28 janvier 2009[44], puis à 4000 milliards de dollars le 21 avril 2009[45].

Difficultés et faillites d'établissements financiers[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis :

  • Le 16 mars2008, Bear Stearns, au bord de la faillite, est rachetée pour 1,2 milliard de $ par JPMorgan Chase avec le soutien de la Fed.
  • Fanny Mae et Freddie Mac, deux organismes de refinancement hypothécaire qui garantissent près de 40 % des prêts immobiliers américains (soient 5 300 milliards de dollars)[46], sont mis sous tutelle par le Trésor américain le 7 septembre2008. Il s'agit d'une nationalisationde facto, évènement exceptionnel pour des sociétés cotées en bourse aux États-Unis.
  • Le 15 septembre2008, la banque d'investissement Lehman Brothers (59 milliards US$ de CA) fait faillite.
  • La FDIC tient à jour une liste de tous les établissements financiers ayant fait faillite depuis 2000, l'année. Les années 2008 et 2009 ont été particulièrement désastreuses et plus d'une centaine d'établissement ont dû cesser leurs activités[47].
En Europe 
  • En juillet 2007, l'allemande IKB Deutsche Industriebank est en difficulté.
  • En septembre 2007, UBS et Crédit suisse (réduction de 1 500 personnes) sont touchés par la crise du marché hypothécaire américain[48].
  • La britannique Northern Rock, banque spécialisée en crédit immobilier, est nationalisée le 18 février2008[49].
  • Le 14 juillet2008, la banque espagnole Banco Santander, rachète la britannique Alliance & Leicester pour 1,3 milliard de livres.
  • Le 31 août2008, l'allemande Dresdner Bank est vendue par l'assureur Allianz à son compatriote Commerzbank pour 9,8 milliards d'euros.
  • Le gouvernement néerlandais de Balkenende nationalise le le groupe Fortis Netherlands, qui inclut la banque Dutch ABN Amro[50].
  • L'assureur mondial Internationale Nederlanden Groep (ING), chargé notamment des retraiteschiliennes, a perdu 68,7 % en un an avant d’être en partie nationalisé par le gouvernement néerlandais, qui l'a recapitalisé en octobre 2008 avec plus de 10 milliards d’euros[51],[50]. Metlife et Principal Financial Group (en), également très présents au Chili, perdent aussi plus de 50 % de leur valeur[51].

Pénalités[modifier | modifier le code]

Depuis la crise financière, de nombreuses amendes, pénalités et règlements à l'amiable ont été demandés aux grandes banques américaines et européennes. Selon une étude du Boston Consulting Group, les géants de la finance ont ainsi été contraints de débourser pas moins de 345 milliards de dollars entre 2009 et 2017, en compensation de leur rôle dans la crise. Ce montant est certainement inférieur à la réalité, les décomptes du BCG ne retenant (jusqu'en 2015) que les coûts supérieurs à 50 millions de dollars, et ne concernant que les 50 plus grandes banques de la planète.

Ce sont les banques nord-américaines qui ont payé le plus d'amendes, avec un total de 220 milliards de pénalités de dollars sur la période, notamment entre 2012 et 2014. Mi-2014, Citigroup écope d'une amende de 7 milliards de dollars pour son rôle dans la crise des subprimes. Même raison, deux ans plus tard pour Goldman Sachs qui débourse alors 5 milliards de dollars. Les banques européennes se partagent logiquement le solde avec 125 milliards de dollars principalement versés aux gendarmes bancaires américains. BNP Paribas verse près de 9 milliards de dollars pour rupture d'embargo. Deutsche Bank n'est pas épargnée, avec une amende de 7,2 milliards de dollars pour son rôle dans les subprimes[52].

Conséquences sur les marchés financiers internationaux[modifier | modifier le code]

Les marchés financiers, qui avaient subi une première crise de confiance en février-mars 2007, avant de se reprendre au début de l'été, atteignent leur plus haut niveau annuel à la mi-juillet. Ils chutent à partir du 18 juillet (annonce de l'effondrement de deux hedge funds de Bear Stearns), un mouvement accentué le 9 août avec l'annonce du gel des trois fonds monétaires dynamiques de BNP Paribas Investment Partners, filiale de BNP Paribas[54]. En août 2007, Oddo Asset Management gèle plusieurs fonds d'investissement de son réseau[55],[56] et en février 2008, Axa Investment Managers suspend 3 fonds d'investissement de son réseau[57].

La chute des cours s'accentue avec la crise financière de l'automne 2008. La semaine du 6 au 10 octobre 2008 restera dans les annales comme une des pires semaines que les bourses mondiales aient connus. Le CAC 40 a en effet perdu pas loin de 1000 points, soit environ 20 %.

Entre le 1er janvier 2008 et le 24 octobre 2008, le CAC 40 baisse de 43,11 %, le Dax (Allemagne) de 46,75 %, le FTSE 100 (Royaume-Uni) de 39,86 %, le Nikkei (Japon) de 50,03 % et le Dow Jones (États-Unis) de 36,83 %[58].

La crise a des effets sur d'autres marchés, comme celui des matières premières. Selon l'analyste John Kilduff, « c'est un effet de contagion : ce qui se passe sur les marchés des bourses et des capitaux a causé un assèchement des liquidités, obligeant plusieurs acteurs comme les hedge funds à quitter le marché de l'énergie et à liquider leurs positions[59]. »

Renforcement de la crise à l'automne 2008[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise financière de 2008.

Entre septembre et octobre 2008, la crise financière s'accroît fortement, avec en particulier la faillite de Lehman Brothers. Les marchés boursiers baissent fortement.

Sauvetage du secteur financier et nouvelle régulation[modifier | modifier le code]

Débat sur les plans de sauvetage d'urgence du secteur financier[modifier | modifier le code]

Article connexe : Crise financière de 2008#La question des mesures structurelles visant à modifier l'architecture financière et bancaire.

La menace de faillite du système bancaire, qui finance l'économie, a poussé les pouvoirs publics des différents pays à intervenir à travers trois principales méthodes :

  • l'idée de cantonnement des actifs dangereux, reprise de ce qui avait déjà été mis en place lors de la crise des caisses d'épargne américaines de la fin des années 1980. C’est le principe d'origine du plan Paulson.
  • la garantie de l'État aux emprunts servant à refinancer les bilans des banques[60]. C'est la réponse à l'illiquidité des marchés de refinancement interbancaires.
  • la recapitalisation des banques par les États, en réponse aux craintes d'insolvabilité ou du moins de non-respect des critères de solvabilité incarnés par le ratio tier one. C'est l'action initiée par le gouvernement britannique de Gordon Brown et reprise dans la foulée par les grands États européens.

Ces actions ont été interprétées comme le renforcement de l'action des États dans le système financier après trente années de recul du rôle de l'État. Certaines interprétations ont salué la fin du libéralisme[61] voire, comme lors de la crise boursière de 1987, la faillite du capitalisme. D'autres interprétations voient un retour vers le keynésianisme[62].

Les critiques du libéralisme économique dans le cadre de la crise s'appuient notamment sur :

  • l'absence de régulation de marchés clés de la crise, tels ceux de l'origination de prêts immobiliers aux États-Unis ou ceux des CDO (collateralised debt obligation).
  • la créativité et la complexité croissante de certaines activités financières, poussées notamment par l'explosion des rémunérations au bonus qui poussait à prendre toujours plus de risques.

Les partisans du libéralisme économique, tout en reconnaissant l'utilité du rôle de l'État en dernier ressort en cas de crise systématique, réfutent cette analyse.

Ils affirment d'abord que la crise n'a pas été provoquée par un excès de libéralisme mais en fait par des distorsions de marché provoquées par l'État, notamment par la politique monétaire expansionniste menée par le président de la Fed Alan Greenspan pendant les années 2002-2006, à l'origine de la bulle d'endettement, et l'obligation de prêter aux ménages les plus pauvres imposée par l'État américain aux banques, cause de l'octroi des crédits subprimes. Ainsi, selon l'économiste Florin Aftalion :

«  Sous l'influence de la loi dite Community Reinvestment Act, les banques ont eu à choisir entre renoncer à leur développement ou effectuer des prêts très risqués aux communautés désavantagées[63]. »

De même, Aftalion estime que la titrisation de ces créances en MBS a été réalisée « avec les encouragements du Congrès ».

Deuxième point, selon les libéraux, le système financier international ne respectait plus les véritables principes du libéralisme. L'éditorialiste français Nicolas Baverez juge ainsi :

«  Le capitalisme (…) est un mode de production fondé sur l'esprit d'entreprise et la rémunération du risque. Dans sa forme mondialisée dont la finance était la pointe avancée, il s'est écarté de ces principes en déconnectant les profits et les rémunérations des performances et des risques réels[64]. »

Enfin, les libéraux plaident pour une intervention courte de l'État, qui laisserait jouer les forces du marché dès que cela serait de nouveau possible.

Certains économistes, même keynésiens, s'inquiètent d'une action trop forte des États. Ainsi, l'économiste français Alain Lipietz, de l'école de la régulation, explique : « le risque face au ralentissement, c'est la relance à tout-va [62]. » De même, l'économiste français Michel Aglietta déclare également : « je redoute qu'on y aille à la massue en matière de régulation[62]. » Selon Le Monde, « les interventionnistes s'effraient surtout qu'on endosse comme keynésienne l'idée honnie de privatiser les profits et de socialiser les pertes[62]. »

Test de résistances et nouvelle régulation[modifier | modifier le code]

Début mai, les résultats des tests de résistance à la crise destinés à faire le point sur l'état des banques américaines et sur leur capacité à faire face à la conjoncture[65] ont montré qu'elles avaient besoin de 74, 6 milliards de dollars. Cela a plutôt réconforté les marchés et les banques se sentent capables en général[66] de lever ces fonds sans passer par le gouvernement américain (elles continuent malgré tout de bénéficier de taux de refinancement très bas de la part de la Fed). Des observateurs s'inquiètent de l'attitude des banquiers qui semblent vouloir en revenir à des pratiques d'avant la crise[67]. Tout cela pousse le secrétaire du TrésorTimothy Geithner à vouloir réguler le marché des produits dérivés « alors que la mémoire des dommages est encore aiguë »[9].

Le président Barack Obama signe le le Helping Families Save Their Homes Act of 2009 (en) et le Fraud Enforcement and Recovery Act of 2009 (en), qui établit notamment une commission d'enquête, la Financial Crisis Inquiry Commission (en) dirigée par Phil Angelides (en) et chargée d'enquêter sur les causes et responsabilités de la crise. La Commission est dotée d'un budget de 8 millions de dollars[68]. En juin 2009, l'administration Obama nomme un superviseur chargé de contrôler les rémunérations des dirigeants de banques ayant reçu deux fois des fonds publics[69]. Par ailleurs il est envisagé que les régulateurs puissent faire changer les systèmes de rémunération si ceux-ci sont susceptibles d'engendrer des incitations dangereuses pour la stabilité des établissements financiers[69]. En juillet 2010, la promulgation du Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act bouleverse l'organisation réglementaire des marchés financiers et les attributions de la Securities and Exchange Commission (SEC).

En Europe, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, voudrait que les banques européennes soient également soumises à des tests de résistance[70]. En effet, il contestait les chiffres du FMI qui évaluaient les besoins de fonds des banques européennes à 600 milliards de dollars. De tels tests permettraient aux banques centrales européennes d'y voir plus clairs. Début juin 2009, huit économistes français et allemands, Peter Bofinger, Christian de Boissieu, Daniel Cohen, Jean Pisani-Ferry, Wolfgang Franz, Christoph Schmidt, Béatrice Weder di Mauro, Wolfgang Wiegard, réclament de vrais « stress tests » européens car ils estiment qu'il est urgent de connaitre« le véritable état de santé du système bancaire européen »[71].

Par ailleurs, une supervision financière à l'échelon européen a été mise en place à partir du 1er janvier 2011. Un comité européen du risque systémique a été mis en place, présidé par le Président de la Banque centrale européenne et trois autorités de supervision microprudentielles ont été mises en place, une pour les banques, une pour les marchés et une pour les entreprises d'assurance et les fonds de pension.

Conséquences sur les autres secteurs économiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise économique mondiale des années 2008 et suivantes.

La crise financière affecte l'activité économique par le biais notamment de la baisse du moral des ménages et des chefs d'entreprises, des difficultés rencontrées par les banques, du resserrement des conditions de crédits (hausse des taux d'intérêt, sélection plus forte des emprunteurs). Ces facteurs pèsent sur la consommation des ménages et sur l'investissement des entreprises, provoquant une forte réduction de la croissance. Cette crise économique de 2008, à laquelle d'autres facteurs ont contribué, se traduit par une récession aux États-Unis à partir de décembre 2007. Elle a également pour conséquence une baisse très importante du commerce mondial entre la fin de l'année 2008 et le début de l'année 2009[72].

Pour réduire ces conséquences négatives, la réserve fédérale des États-Unis a baissé progressivement ses taux directeurs. Le mardi 18 septembre 2007 elle baisse d'un demi-point son taux directeur principal, ramené de 5,25 % à 4,75 %[73]. C'est la plus forte baisse depuis novembre 2002, lors de la crise de confiance de l'affaire Enron[74].

Des plans de relance de l'économie ont été engagés en novembre et décembre 2008. Au Chili et en Argentine, les gouvernements respectifs de Michelle Bachelet et de Cristina Kirchner ont été conduits à réformer le système de retraites, auparavant basé sur les fonds de pension, lourdement touchés par la crise[51].

Dans la zone euro, l'Irlande, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne (qui a supporté un temps en Europe la moitié des licenciements dus à la crise), puis l'Allemagne sont entrés en récession[75]. Les États-Unis sont entrés en récession en décembre 2007, avec une aggravation très nette en octobre 2008. La France est entrée en récession le 15 mai 2008[76].

La crise génère une forte montée des inégalités : en 2017, l'Espagne compte deux fois plus de "supers riches" qu'avant la crise de 2008. Près de 50 % du PIB du pays sont alors détenus par 0,4 % de la population.[77]

Situation en 2010[modifier | modifier le code]

Risques de nouvelles bulles[modifier | modifier le code]

Les liquidités injectées par les banques centrales pour pallier la crise ont été transmises en partie à l'économie réelle, mais aussi vers la spéculation. Ainsi, des bulles[78] menacent d'éclater sur les bourses, les emprunts d'États, le sucre etc.

Toutefois, les experts sont divisés. Par exemple, alors que le FMI pense que la Chine est menacée par la surabondance du crédit, la Banque mondiale pense l'inverse[78].

Bonus et rente bancaire[modifier | modifier le code]

Pour Jean-Marc Vittori, plusieurs signes (« des salariés mieux payés qu'ailleurs, de la secrétaire au directeur général; des bonus extravagants; des profits au-dessus de la moyenne »)[79] montrent l'existence de rentes (c'est-à-dire de profits au-dessus de la moyenne liés à des dysfonctionnents du marché) dans le secteur bancaire et financier. Si en septembre 2009, ce journaliste s'interrogeait sur la provenance des rentes, des études récentes commencent à apporter certains éléments de réponse.

Dans une étude récente du FMI[3], des économistes ont souligné que ce sont les institutions financières qui avaient le plus investi en lobbying entre 2000 et 2006 qui avaient émis le plus de prêts risqués. Par ailleurs, selon Hélène Rey les institutions financières ont investi 126 millions de dollars durant les neuf premiers mois de 2009 « pour façonner une réglementation du système financier qui préserve leurs rentes »[80].

Lorsqu'il y a une rente, deux grandes alternatives opposées sont possibles. Soit on peut chercher à la supprimer en modifiant la législation, c'est plutôt la position de Paul Volcker, soit l'État ou les institutions internationales peuvent tenter de s'en approprier une partie par le biais de taxes, c'est plutôt la position de Lord Turner, le président de la Financial Services Authority de Londres[81].

Réforme du système financier aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Article principal : Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act.

Le 21 janvier 2010, Barack Obama et son conseiller Paul Volcker proposent des mesures visant d'une certaine façon à actualiser le Glass-Steagall Act de 1933, abrogé en 1999. Rappelons que cette loi avait été émise après la crise de 1929

Niveau moyen du Dow Jones Industrial, entre janvier 2006 et novembre 2008[53].

0 thoughts on “Crise De 2008 Explication Essay

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *